Mode écran

 

Mode tablette

 

Mode mobile

 

Mode print

 

Menu

Thursday 28 July 2016

Accueil L'Hôtel Juana L'Histoire du Juana

L'Histoire du Juana







 


Un air de famille

Dans les années 1930, Juan-les-Pins est une station balnéaire déjà très en vogue, avec ses hôtels, ses loisirs et ses soirées animées. Prisé par les américains, des milliardaires excentriques, des stars du jazz et des pin-up, ce petit village de bord de mer invente le bikini et lance chaque année les collections été.   

 

  • 1931 : cet esprit d'avant-garde et de décontraction inspire Alexandre Barache, jeune entrepreneur d'origine russe, à  confier le projet de construction de l'Hôtel Juana à Georges Diganski, architecte niçois renommé de l'époque.

    Tout le gotha des années 30 est attiré par l'élégance et le raffinement de l'Hôtel Juana, paré d'acajou et de miroirs. 

    L'Aga Khan, le duc de Windsor et Winston Churchill comptent parmi ses prestigieux clients.

    Dans les années 60, c'est au tour des artistes d'apprécier le charme du Juana, les peintres Pablo Picasso, Marc Chagall, Francis Picabia et le poète Jacques Prévert construisent sa légende. Les plus célèbres céramistes de Vallauris et le photographe André Villers participent à son décor.

  • 1984 : l'Hôtel Juana devient la référence de la gastronomie sur la Côte d'Azur. Il est le premier hôtel de France récompensé par 2 étoiles au guide Michelin grâce à Alain Ducasse alors âgé de 28 ans.

  • 2001 : sans héritier pour reprendre le flambeau, les frères Barrache mettent l'Hôtel Juana en vente.

  • 2006 : Marianne Estène-Chauvin, propriétaire de l'Hôtel Belles Rives, autre  petit palace art déco ancré au début du Cap d'Antibe et fondé en 1929 par ses grands-parents, Boma et Simone Estène, acquiert l'emblématique Hôtel Juana.     

 

 

 
 

 

Un air de jazz

C'est à Juan-Les-Pins, entre casino et cap, que peut se situer la genèse de l'expression jazz-age. C'est d'abord sur des airs insouciants que le jazz déferle dès 1920 dans la petite station balnéaire: charleston et ragtime sont bientôt suivis du blues et du negro spiritual.

 

En 1950, Juan-les-Pins devient le centre mondial du New Orleans Revival et inaugure l'ère Sydney Bechet. Depuis 1960, chaque année au mois de juillet, l'Hôtel Juana est le backstage du Festival de Jazz d'Antibes - Juan-les-Pins. Non seulement des musiciens comme Louis Armstrong,  Miles Davis, Ella Fitzgerald, Duke Ellington et Ray Charles y résident mais il arrive aussi que pour terminer la soirée les jazzmen improvisent des bœufs au bar.

 

De nos jours le Festival Jazz à Juan se tient en Juillet et offre une programmation moderne et éclectique avec des noms tels que Diana Krall, Sting, Lionel Ritchie, Marcus Miller, Stevie Wonder ou Melodie Gardot.

 

 

 

 

Le mot de Marianne Estène-Chauvin


photo de Martin Parr

« Combien de fois suis-je passée devant le Juana sans jamais rêver que je l'achèterais un jour ? Derrière sa façade ultrachic, j'y imaginais une vie excentrique, un rien sulfureuse. J' y ai préservé son aventure artistique, et sa lumière, belle et apaisante. Il y a çà et là des objets inutiles et des chambres où rien ne manque. J' y privilégie la facilité plutôt que la sophistication : un client bien accueilli oublie toujours d'où il vient. »